.

Arabella Cortese participait en 2022 à l’hommage rendu à José Vazquez

et plus récemment à Agrémens 2023

Elle enseignera à Thoiry lors du prochain stage « Agrémens 2024 »

Arabella Cortese, soprano

Soprano d’origine italienne-allemande, Arabella Cortese débute ses études musicales avec le piano à l’âge de huit ans. Elle se dédie ensuite au chant, et obtient le diplôme en chant lyrique et la maitrise en musique de chambre au conservatoire « L. Marenzio » de Brescia (Italie), avec un mémoire sur la production pour chant et piano de Ildebrando Pizzetti et la plus haute note. Sa formation poursuit avec Janet Perry et Paolo Vaglieri ; participe à divers master-classes avec Irwin Gage, Leonardo de Lisi, Walter Testolin, Roberto Balconi, Dominique Vellard, Anne-Marie Lablaude et Gerd Türk (Académie du Thoronet), Anne Delafosse, Brigitte Lesne. En 2018, elle est lauréate de la Fondation Royaumont, grâce à laquelle elle participe au stage et concerts de l’ensemble Micrologus. Depuis 2012 elle se perfectionne avec Anna Ringart, ancienne directrice du Centre de Formation Lyrique de l’Opéra de Paris.

En Italie, elle s’est produite dans nombreux récitals et concerts de musique sacrée et baroque, en particulier avec l’Orchestre de Chambre de Brescia et l’Orchestre Symphonique de Savone. Avec cette dernière elle a interprété les opéras La Dirindina de D. Scarlatti et Suor Angelica de Puccini, avec Florence Symphonietta, Les Noces de Figaro de Mozart, et La Veuve joyeuse de F. Léhar dirigée par Paolo Grosa à Turin.

Sélectionnée en 2010 au Concours As.Li.Co de Côme, elle y interprète deux rôles dans l’opéra contemporain Lupus in fabula de Raffaele Sargenti, en tournée dans les principaux théâtres de l’Italie du Nord pendant 4 mois (Arcimboldi de Milan, Grande de Brescia, Ponchielli de Cremona, Alighieri de Ravenna entre autres).

Arabella Cortese vit à Paris depuis 2012 et collabore régulièrement avec l’organiste Francis Roudier, le claveciniste Stefano Intrieri, le luthiste Mauricio Buraglia, en particulier pour le répertoire baroque ; avec les ensembles Les Fêtes Baroques (dirigé par Chrystelle Arcelin, danseuse et chorégraphe), Flores Myrtae (dir. Anna Zakova, dédié au chant médiéval et grégorien, incluant des compositions sur le plain-chant du compositeur norvégien Henrik Ødegaard, Festival International de Chant Grégorien de Wattou, de Granville, Festival du Marais Chrétien de Paris, Centre Tchèque), Quadrivium (dir. Anna Daniela Sestito, en résidence au Musée des Arts et Métiers de Paris de 2017 à 2019). En Suisse, est chanteuse et joue de la percussion dans l’ensemble Lumières Médiévales. Nombreuses sont les collaborations avec Alberto Busettini, remarquable claveciniste.

En 2014 elle se produit au Théâtre de Clichy dans le spectacle « Un soir de carnaval de Venise » avec Fêtes Baroques – adaptation en danse, musique et théâtre de la pièce de Carlo Goldoni Une des dernières soirées de Carnaval – en qualité de chanteuse, danseuse et percussionniste.

En 2016, elle intègre l’atelier dirigé par Claudia Caffagni (ensemble La Reverdie) dédié aux Messes de Dufay (Trévise, Eglise de Saint Teonisto et Musei Civici, Dôme de Milan, Santa Maria dei Miracoli à Venise, Seminarkirche, Tanzenberg, Autriche), dont un CD de Se la face ay pale est sortie en octobre 2017 avec la revue Amadeus.

Pendant la saison 2019/20, elle a été engagée pour une série de concerts pour la création de l’œuvre Excelsitas de David Alan-Nihil avec l’orchestre à cordes Brasilis, dir. Samuel Machado, dans différentes églises de Paris.

En 2021, elle chante au Festival Wunderkammern de Trieste avec un programme baroque autour du manuscrit Carlo G, en duo avec Alberto Busettini à l’orgue et au clavecin ; elle est invitée par l’Ensemble La Reverdie au Festival Trigonale en Autriche pour un programme particulièrement intense autour de Hildegard von Bingen ; avec Flores Myrtae elle se produit au Festival Hortus Magicus en Moravie et revient enfin sur scène grâce au spectacle Kalenda Maya, produit par Tiefenrausch Zyklus, Dir. Johannes Bucher, à Zurich, où chant, théâtre et danse s’entremêlent.

Arabella Cortese possède également une solide expérience chorale : elle est redevable des années avec Il Concerto delle Dame (chœur de chambre féminin, dir. Silvio Baracco), Coro Giovanile Italiano dirigé par Filippo Maria Bressan et Frieder Bernius (Europa Cantat, Mainz, 2007), Athestis Chorus dirigé par Bressan et Coro As.Li.Co (Così fan tutte) ; en 2015 elle s’est produite en Allemagne avec l’Orpheus Vokalensemble et le Concerto Köln sous la direction de Florian Helgath, à cette occasion un CD Stabat Mater et Messe en c-moll de J. S. Mayr a été enregistré par SWR2 et Carus ; elle a également chanté sous la direction de Nicola Conci, Diego Fasolis, Agostino Orizio, Denis Salvini, Vittorio Bresciani et les Orchestres 1813 de Como, Gavazzeni de Bergamo, Maderna de Forlì dans plusieurs Festivals avec un répertoire allant du Moyen Âge au Baroque passant par le Romantisme jusqu’au Contemporain.

La pédagogie fait aussi partie intégrante de sa vie musicale, avec une expérience d’enseignement du chant et piano en différentes Académies Musicales, depuis 20 ans, et pendant 13 ans, elle a dirigé la chorale de sa ville italienne. Elle est professeur de déclamation lyrique italienne et allemande au Centre de Musique Baroque de Versailles, au CRR de Paris et au CRD de Pantin ; coach de langues italienne et allemande à l’Académie Lyrique de Vendôme pendant plusieurs années (dir. Amaury du Closel). Elle est actuellement en Master de musique médiévale à l’Université Sorbonne-Paris IV, où a eu la possibilité d’étudier avec notamment Benjamin Bagby et Katarina Livljanič.